Les bijoux tibétains bouddhistes Omyoki sont liés aux symboles du  bouddhisme, à la méditation et au bien-être intérieur. Nos bijoux tibétains sont fait-main au Népal et en Inde, lieux de résidence de communautés tibétaines, dans une logique de commerce équitable.

Lire la suite

Histoire des bijoux tibétains bouddhistes

Nos bijoux tibétains ne viennent pas du Tibet mais sont plutôt fabriqués par des artisans vivant dans des communautés tibétaines d’Inde du nord et du Népal. De grandes communautés tibétaines ont fuis le Tibet, annexé par la Chine dans les années 50, pour s’implanter en Inde et au Népal. D’ailleurs, le Dalaï-lama et le gouvernement tibétain en exil, se trouvent à Dharamsala, au nord de l’Inde.

Matières et symbolique des bijoux tibétains

Nos bijoux tibétains bouddhistes sont entièrement fait-main, dans des matières naturelles allant des pierres semi-précieuses, aux graines de plantes et aux perles de bois. D’autres bijoux sont en argent massif travaillé, notamment des bagues de méditation et d’autres créations avec les symboles du bouddhisme : arbre de vie, graine de vie, mandalas… Ces bijoux bienfaisants sont vecteurs d’apaisement, sources de tranquillité et servent parfois de support à la méditation.

L’âme des bijoux tibétains

Les bijoux n’ont jamais été portés par les tibétains juste pour s’embellir. En effet, les bijoux tibétains sont liés au bouddhisme, ou servent d’amulettes. Aujourd’hui les plus connus en Occident sont les colliers et les bracelets mala, sorte de chapelet tibétain que les moines égrainent en récitant leurs 100 prières (108 perles : 100 prières et 8 oublis). Ces malas sont maintenant déclinés en colliers, en bracelets multi-tours ou bracelets fins.

Amulettes et portes-chance

Dans le temps les bijoux tenaient lieux de réserve bancaire, ou d’indicateur de statut social. La plupart des bijoux faits de métaux précieux, en argent ou en or, étaient considérés comme de bonne augure et porte-chance. Dans le sud du Tibet, une femme qui ne portait pas de coiffe ornementale était signe de malchance. Cela conduisit les femmes à dormir avec leurs énormes coiffes jusqu’aux années 50.

Bijoux tibétains, histoire, photos, bijoux tibétains en ligne

Les bijoux tibétains, symbole social

Pour les hommes, les bijoux étaient un symbole de leur position dans la société. De même que l’arme à feu, l’épée et la selle, l’amulette d’un homme était un indicateur de statut social. « Arme à feu, épée », je vois d’ici votre surprise mais oui certains tibétains étaient de grands combattants. Les Tibétains du Kham, mieux connus sous le nom de Khampa / Khamba, sont traditionnellement connus comme les guerriers du Tibet. Les Khampa suivent une autre branche du bouddhisme connus.

Que ce soit de Pékin ou de Lhassa, les Khampa ont toujours résisté aux étrangers. Tout au long de leur longue histoire, les Khampa ont combattu tous ceux qui essayaient de s’installer dans leur région. Au début du 20ème siècle, plusieurs explorateurs européens et américains furent tués par les Khampa – dont Jules-Léon Dutreuil de Rhins, Louis Victor Liotard et Albert Shelton. Le Kham est l’une des trois principales régions du Tibet. Le Kham est 2 fois plus grand que la Suède ou la Californie.